Compte-rendu de la sortie botanique

du 30 avril 2016

CR-Sortie_bota-2016-04-30_01Cette sortie avait lieu à Faymoreau, petite commune située aux confins du bocage vendéen. Malgré son évident intérêt paysager et écologique, ses boisements et ses ruisseaux avaient été peu visités par les botanistes : un inventaire en 1991 (109 taxons) quelques données en 2013 (9 taxons).

C’est donc par un temps clément mais frais que notre groupe se met en route à partir de la petite église du bourg. Nous marchons sur la route en direction du cimetière, et notons toute la flore commune des talus, haies et fossés. Quelques plantes intéressantes sont observées : Carex caryophyllea, Potentilla montana, Orchis mascula. Nous nous arrêtons un instant sur une Barbarée, à l’aide de la Flore de Belgique nous concluons à Barbarea intermedia, sans doute sous-observée en Vendée. Le petit cimetière est bien nettoyé au désherbant, les murs sont bien enduits, bref, il n’y a pas beaucoup de place pour la flore. Nous descendons vers le Bois Merle et commençons a observer de beaux talus à Asphodelus albus accompagnées des fleurs violettes de Lathyrus montanus et des touffes de Festuca heterophylla. Arrivés près du boisement nous notons au bord de la route Isopyrum thalictroides, nous verrons plus tard en sous-bois de superbes tapis de cette plante protégée dont c’est peut être ici les plus belles populations de Vendée. Nous longeons le petit ruisseau des Bronnisses sur la rive droite. La flore classique des boisements locaux est notée : Euphorbia hyberna, Euphorbia dulcis, Adoxa moschatellina, Carex laevigata, Carex sylvatica, tandis qu’une rosette de Listera ovata retiens notre attention. La découverte de la journée est faite au bord du ruisseau, mais en situation mésophile, il s’agit du rare Carex depauperata que certains d’entre nous connaissait en forêt de Mervent. La station est réduite à une touffe de quelques inflorescences. Quelques espèces sont absentes mais des prospections plus poussées seraient surement fructueuses (Corydalis solida, Carex pendula, Carex remota, Allium ursinum, Helleborus viridis, etc…) Nous remontons une prairie mésophile, une mare est occupée par un vaste herbier à Callitriche brutia. A cette occasion, l’utilisation de la flore du Massif Armoricain de 1960 montre s’il le fallait qu’elle est toujours utile et précieuse.

C’est donc au total 186 taxons observés, pour une belle balade botanique qui nous a réservé de superbes observations dans un site quelque peu préservé, phénomène assez rare en Vendée !

Thibault Lefort

Participants à la sortie : S. Guillet, C. Cousin, A. Clochard, F. Tintillier, R. Loïc, J.-P. Brizard, L. Teulade, D. Lelièvre, M.-O. Boulais, L. Desnouhes, F.-J. Rousselot, E. Cadet, B. Boulaire, M.-A. Fonteneau, L. Pipaud, T. Lefort, C. Lefort-Grelard, F. Dortel.

CR-Sortie_bota-2016-04-30-03

CR-Sortie_bota-2016-04-30-04

CR-Sortie_bota-2016-04-30-05